GROSSISTE PROFESSIONNEL DE TRUFFE FRAÎCHE

« Chaque année on découvre quelque chose de nouveau dans le monde de la truffe »

« Chaque année on découvre quelque chose de nouveau dans le monde de la truffe »

Mónica Sánchez est la directrice de Micofora, une société de biotechnologie qui recherche, développe et commercialise des technologies et des produits pour la culture de la truffe. En plus d'agir en tant que directrice, Mónica contrôle également la qualité des plantes, la production d'inoculums et le contrôle des truffes et des arbres mycorhiziens. Elle est biologiste et spécialisée en mycologie appliquée.

Comment êtes-vous entré dans le monde de la truffe ?

Lorsque j'étais étudiant, j'étais particulièrement intéressée par la mycologie appliquée et j'ai décidé de me spécialiser dans ce domaine. J'ai d'abord commencé à travailler avec la culture des champignons mais au fil du temps je me suis spécialisée dans la truffe : c'est une culture beaucoup plus rentable et nous avons déjà des données scientifiques qui nous montrent que tirer profit de la culture de la truffe est une question de mathématiques.

Quelle est la particularité du monde de la truffe ?

Le mystère qui l'entoure. Nous sommes des scientifiques mais nous faisons aussi du travail de terrain et nous savons ce que c'est que d'aller récolter des truffes car nous sommes aussi des producteurs. Aller à la recherche de truffes n'est pas comme aller à la recherche de champignons : le mystère réside dans le fait de ne pas savoir si le chien va marquer la truffe et si vous allez la trouver.

Quel est le principe de la Mycologie Forestière Appliquée ?

Nous avons commencé il y a 25 ans et nous proposons essentiellement tout ce qui concerne la culture de la truffe et plus particulièrement des champignons. Nous sommes producteurs, fournisseurs et chercheurs.

Nous produisons des biostimulants, des substrats, des produits destinés à augmenter la production de truffes et des plants mycorhizés (nous produisons environ 100 000 plants de truffe noire par an). Nous disposons également d'un laboratoire où nous travaillons à l'amélioration de nos propres produits et nous offrons également un service de conseil national et international à toute personne souhaitant obtenir des informations sur la culture de la truffe noire.  Et comme je l'ai déjà dit, nous sommes également producteurs de truffes : nous avons 8 hectares en production et nous avons récemment planté 10 hectares supplémentaires.

Combien de kilos de truffe noire par an faut-il pour produire les 100 000 plants annuels ?

Nous utilisons généralement environ 200 kg de truffe noire chaque année pour obtenir des plants, des substrats ou pour vendre des inoculums à d'autres pépiniéristes. Nous analysons normalement 400 kg de truffes noires provenant de Laumont pour ne sélectionner que les meilleures truffes du marché. Celles qui ne conviennent pas pour créer nos produits, nous les retournons tout simplement.

Quelle est la nature de votre collaboration avec Laumont ?

Nous travaillons avec Laumont car nous cherchons la meilleure qualité de truffe. Ils nous offrent une truffe propre et également préalablement sélectionnée, car ils ont beaucoup d'expérience dans la sélection des truffes et ils choisissent pour nous les morceaux les plus mûrs... Lorsque nous recevons leur truffe, nous analysons son ADN pour vérifier si elle est optimale pour l'inoculation. Celles qui ne sont pas en bon état peuvent être retournées à Laumont : cela nous aide beaucoup et n'est proposé par personne d'autre.

Pensez-vous que le secteur de la truffe a déjà atteint son apogée ?

Je pense que la trufficulture atteindra un point où elle se stabilisera à mesure que les plantations vieilliront et cesseront de produire après quelques années.  Il est vrai que l'on plante de plus en plus de truffes de meilleure qualité, mais nous savons maintenant que la production de truffes est limitée par l'eau. Nous savons que si la plante n'a pas d'eau en été, les résultats seront très faibles.

Comment un plant de truffe se mycorhize-t-il ?

Tout d'abord, il faut préparer un substrat stérilisé, puis on prélève les graines des chênes verts, qui sont les glands, et on les place dans le substrat pour qu'elles germent. Lorsqu'elles ont germé, après quelques semaines, la plante est transférée sur le substrat définitif, puis la poudre de truffe est ajoutée et mélangée au substrat. Cette plante est conservée dans une pépinière dans des conditions de température et d'arrosage très contrôlées pendant environ 6 mois. À ce moment-là, les racines sont examinées plante par plante au microscope pour voir si elles ont été mycorhizées. En d'autres termes : si la truffe a été associée aux racines du chêne vert. Une fois tout ce processus terminé, la plante est prête à être plantée dans une truffière.

Quelles sont les conditions idéales pour la production de truffes ?

Les conditions idéales sont que le sol soit calcaire (bien que cela ne soit pas vraiment un problème car les sols peuvent être traités et de la chaux peut être ajoutée), que le chêne vert mycorhizé soit de haute qualité, qu'il y ait de bons substrats... et de l'eau. Vous pouvez être sûr que si vous avez de l'eau, vous pourrez obtenir des truffes d'une plantation. Nous calculons que pendant la saison estivale, plus de 2 000 000 litres d'eau par hectare doivent être appliqués.

Et où se dirige le secteur de la trufficulture ?

Le secteur tend vers la professionnalisation. Traditionnellement, les gens n'accordaient pas beaucoup d'importance à l'irrigation, mais au fil des ans, nous voyons les résultats et il n'y a aucun doute. Les croyances, auparavant sans fondement scientifique, sont en train de changer. Aujourd'hui, il existe des formations dans des conférences informatives, des foires, des cours... Les trufficulteurs regardent leurs « voisins » qui obtiennent de bons résultats et les « copient », dans le bon sens du terme.

Que recommandez-vous pour combattre les redoutables Leiodes, ces Insectes Coléoptères, associés aux champignons souterrains dont les truffes ?

Il faut juste apprendre à vivre avec et contrôler la population. C'est une question très compliquée car de plus en plus de truffes sont produites et les plantations sont de plus en plus irriguées, ce qui favorise leur prolifération. Il existe des pièges qui fonctionnent bien mais cela implique un investissement important pour le trufficulteur, qui n'est pas sûr que cela soit rentable. Nous pouvons également constater que les substrats s'améliorent également, car le scarabée n'aime pas la tourbe : pendant une partie de son cycle, il a besoin de s'entourer d'argile, et il n'y a pas d'argile dans la tourbe.

L'année dernière, des informations ont paru indiquant que des plantations de truffes blanches (Tuber Magnatum) avaient été réalisées avec succès. Est-il possible de cultiver de la truffe blanche ?

C'est très compliqué. L'année dernière, ils ont réussi à récolter quelques truffes blanches dans une culture en France, mais en réalité, cela fait 25 ans que l'on essaie de cultiver des truffes blanches et personne n'a réussi à assurer la continuité. Par ailleurs, le coût de production d'un arbre à truffe blanche n'a rien à voir avec celui d'un arbre à truffe noire : la truffe blanche italienne est très chère, et la probabilité de la produire est très faible, donc très risquée. Cependant, nous allons essayer de mycorhizer les arbres avec de la truffe blanche cette année, pour voir si cela fonctionne.

Pensez-vous que dans quelques années il y aura beaucoup plus de réponses concernant les grands mystères de la truffe ?

Oui, à n'en pas douter. Maintenant nous sommes lancés. Avec toute la question de l'ADN, beaucoup de progrès ont été réalisés. Chaque année on découvre quelque chose de nouveau : comment tailler, comment arroser... finalement, l'un des secrets qui reste à découvrir est de savoir si on peut utiliser un engrais qui puisse grossir les truffes et produire plus. On ne sait pas encore si la taille des truffes est obtenue grâce à l'eau ou à un nutriment : nous devrons continuer à enquêter comme nous l'avons toujours fait et tirer des conclusions.

Merci beaucoup Monica pour cette interview intéressante.

Merci à vous pour l'interview.