GROSSISTE PROFESSIONNEL DE TRUFFE FRAÎCHE

Rubén González  la moitié d’une vie chez Laumont

Rubén González la moitié d’une vie chez Laumont

Rubén González est un vendeur de Laumont qui a commencé à travailler chez Mercabarna il y a 16 ans, alors qu'il n'avait que 18 ans. La moitié d'une vie consacrée au monde animé de Mercabarna.

Vous avez travaillé à Mercabarna pendant la moitié de votre vie. Comment cet espace a-t-il évolué jusqu'à aujourd'hui ?

Beaucoup de choses ont changé. Avant, le marché était très basique, chacun vendait son propre produit : les primeurs vendaient des fruits et légumes, les poissonniers vendaient du poisson... Au fil des années, les grands supermarchés ont couvert tous les produits et cela a obligé des entreprises comme nous à évoluer. Il ne s'agit plus seulement de vendre votre produit, il faut aller plus loin.

Quels sont les changements les plus importants au cours de votre expérience à Mercabarna ?

Les canaux de communication, par exemple. Aujourd'hui, nous disposons d'outils très puissants et faciles à utiliser, comme WhatsApp ou le courrier électronique. Il y a seize ans, tout était beaucoup plus direct, tant du côté du vendeur que de l'acheteur. Les clients entraient sur le marché avec une certaine appréhension. Ils ne savaient pas quels produits ils allaient trouver ni leur prix et ils devaient se rendre à de nombreux magasins pour se faire une idée précise de ce qu'était le marché ce jour-là. Maintenant... dès 8 heures du matin, tous les acheteurs peuvent entrer à Mercabarna en connaissant les prix et les produits frais disponibles.

Comment ces changements ont-ils affecté le secteur du marché des produits frais ?

Je pense que tous ces changements ont été bénéfiques et que nous en avons tous profité. Il s'agit d'évoluer et je pense qu'à Laumont nous avons toujours su le faire. La même chose se produit lorsqu'il y a des crises économiques. Au début, tout est bancal, mais après quelques années, vous voyez que vous en sortez toujours plus fort en tant qu'entreprise.

Parlons de Laumont. Comment son étalage de Mercabarna a-t-il évolué ?

Lorsque j'ai commencé, nous n'étions que deux à travailler. Aujourd’hui, nous sommes six. Nous avons également déménagé dans un nouveau pavillon il y a huit ans, lorsque nous avons réalisé que le précédent était trop petit et que nous voulions toucher un autre type de public. Nous avons également été une référence dans la mise en œuvre des nouvelles technologies. Par exemple, il y a quelques mois, nous avons installé une machine de paiement automatique qui nous apporte une valeur ajoutée à notre processus de vente.

Qu'appréciez-vous le plus dans votre travail chez Mercabarna ?

Traiter avec le client et le produit. Chaque jour est différent ici et c'est ce qui rend ce travail amusant, on ne s'ennuie jamais. Et ce n'est pas seulement chaque jour qui est différent : chaque année, chaque campagne est différente. Ici, vous ne pouvez pas vivre dans le passé, la seule chose qui compte est le présent et vous devez travailler dur chaque jour pour obtenir des résultats.

Quelles caractéristiques pensez-vous qu'un bon vendeur doit avoir ?

Ce qui donne de la valeur à un vendeur, c'est de connaître chaque client. Connaître leur activité, leur localisation, la zone où ils opèrent, le client final... Il faut traiter chaque client avec un grand professionnalisme et toujours trouver une relation gagnant-gagnant, au-delà du prix du produit qui, historiquement, a toujours été l'élément le plus important dans la négociation du marché.

Avec quel type de clients traitez-vous au quotidien ?

Avec des gérants de magasins de fruits, des restaurants, des distributeurs... Ils sont très variés et nous avons également remarqué un changement dans le type de client au fil du temps. De plus en plus de primeurs achètent directement par téléphone sans avoir à venir à Mercabarna et peuvent ainsi rester dans leurs propres magasins. Il y a également eu une augmentation du nombre de restaurants qui ont la capacité d'acheter directement ici à Mercabarna. Ces dernières années, le volume de la clientèle a augmenté : désormais, de plus en plus de personnes viennent d'autres régions du pays et même d'autres pays comme la France et le Maroc. Ceci grâce à l'amélioration des infrastructures et aux ressources qui ont été allouées pour faire de Mercabarna une référence mondiale dans son secteur.

Vous souvenez-vous de campagnes particulières ou plus difficiles que d'autres ?

L'impact de la crise Covid est très récent... Nous avons beaucoup souffert les premiers jours : nous avions un entrepôt plein de produits mais nous ne pouvions vendre à pratiquement personne. Il y avait beaucoup d'incertitude mais, heureusement, à partir de mai, nous avons pu reprendre notre travail et commencer la reprise.

Quels sont généralement les mois les plus chargés ?

En automne, sans aucun doute. Il y a beaucoup de produits frais et tout le monde veut en profiter : les foires, les marchands de fruits et légumes et les restaurants, qui veulent avoir les meilleurs champignons frais sur leurs cartes pour leurs clients.

Et pendant ces mois, quel est le champignon vedette ?

Plutôt qu'un champignon vedette, je parlerais des champignons les plus recherchés, les plus convoités. Il s'agit de produits dont l'offre est beaucoup plus restreinte et dont la durée est plus limitée, ce qui les rend exclusifs. Par exemple l’Amanite des Césars, un champignon que l'on ne trouve qu'en petites quantités et pendant quelques semaines. Personne ne veut passer à côté quand il est sur le marché...

Enfin, puisque nous avons déjà parlé de l'évolution de Mercabarna et de Laumont... quelle a été la tendance dans le monde des champignons ?

Précisément tous les changements que j'ai mentionnés ont contribué à rapprocher le monde des champignons de la majorité de la population. Des champignons tels que les morilles ou même les cèpes étaient inconnus du grand public il y a 20 ans. Maintenant, tout le monde sait ce qu'ils sont. Lorsqu'il y a des concours de cuisine à la télévision, un champignon finit toujours par apparaître dans une recette, c'est quelque chose que nous normalisons et qui va devenir plus accessible dans les années à venir. D'autre part, les champignons sont également un aliment très utile et sain pour les végans, un secteur qui mobilise aujourd'hui beaucoup plus de personnes qu'il y a quelques années.

Merci beaucoup pour cette interview, Rubén.

Un grand merci à vous. Le marché est un monde où les valeurs humaines sont nombreuses et où la gestion des problèmes qui peuvent survenir avec les clients est valorisée. Ici, à notre étal de Laumont, je crois que nous avons gagné le respect de nos clients et c'est le résultat du travail de tous ceux d'entre nous qui sont ici depuis toutes ces années. Nous sommes fiers de savoir que Laumont est une référence et, comme toujours, nous continuerons à travailler pour nous améliorer.